| Retour

Fin de cet événement dans 2 semaines - Date du 14 mai 2024 au 5 juin 2024

Anthéa : « L’Argent des autres », une réussite totale !

Tout dans « L’Argent des autres » est une réussite totale ! C’est du grand et bon théâtre ! Les décors (de Jean-Pierre Laporte et Christophe Pitoiset) sont superbes et ingénieux dans la manipulation qui en est faite, les costumes très beaux (signés Nathalie Bérard-Benoin), la vidéo époustouflante (de Paulo Correia)… L’interprétation est admirable et la mise en scène impeccable !
Évidement le sujet intéresse plus ou moins puisqu’il s’agit de l’impitoyable monde de la finance, alors que, en général, théâtre, cinéma, art, littérature et autres, préfèrent les histoires d’amour ou familiales…On suit cependant avec plaisir et intérêt les échanges entre les personnages. Et la fin est tout à fait surprenante !

Daniel Benoin est d’abord diplômé d’un doctorat d’HEC, avant de s’intéresser au théâtre. Cette pièce l’a toujours passionnée : il l’a traduite de l’Américain Jerry Sterner, puis adaptée et montée à Nice il y a quelques années quand il était directeur du TNN. Il la reprend aujourd’hui avec d’autres interprètes et une mise en scène différente à Anthéa- Théâtre d’Antibes. Réjouissons-nous !

La pièce n’a pas pris une ride…


Décidément à tous les postes, Daniel Benoin joue aussi un des personnages.
L’action se passe de nos jours entre Paris et la province. L’entreprise de fils et de câbles métalliques dirigée avec prudence et dans la plus pure tradition paternaliste, fait vivre une bonne partie des gens de la région.
Cette affaire familiale survit comme elle peut, jusqu’au jour où un certain prédateur financier sans scrupule (Alex Vizorek), propose une profitable restructuration. Le duel va s’engager…

Il est rare de voir une pièce qui analyse avec une précision aussi diabolique les rouages économiques du monde actuel.

Préférant le long terme stratégique au profit immédiat, le directeur (Hippolyte Girardot, impeccable !) est secondé par un homme (Daniel Benoin, parfait dans son ambiguïté) qui va faire voler en éclats, tous les scrupules qu’il pourrait encore avoir.
Une avocate (Aure Atika, superbe) est appelée au secours de son beau-père, le PDG de la boîte, ainsi que de sa mère affolée (Béatrice Angenin, tout aussi superbe). Elle devra affronter diverses situations très bien amenées.
Chacun défend ses intérêts et les échanges venimeux se multiplient : le lucre règne sans moralité entre finance et travail. Il est parfois difficile de comprendre toutes les articulations qui se mettent en place entre les actionnaires et les patrons obligés de licencier en masse sans scrupules ni états d’âme, mais le spectacle reste attachant et retient l’attention par ces situations typiquement d’aujourd’hui où la légalité n’a pas toujours cours.
À découvrir sans attendre !

Caroline Boudet-Lefort

Représentations

MAI

- mardi 14 mai 2024 à 20h - mercredi 15 mai 2024 à 20h30 - jeudi 16 mai 2024 à 20h - mardi 21 mai 2024 à 20h - mercredi 22 mai 2024 à 20h30 - jeudi 23 mai 2024 à 20h - vendredi 24 mai 2024 à 20h30 - samedi 25 mai 2024 à 20h30 - mardi 28 mai 2024 à 20h - mercredi 29 mai 2024 à 20h30 - jeudi 30 mai 2024 à 20h - vendredi 31 mai 2024 à 20h30

JUIN

- samedi 1er juin 2024 à 20h30 - dimanche 2 juin 2024 à 16h30 - mardi 4 juin 2024 à 20h - mercredi 5 juin 2024 à 20h30

Réservations sur le site

Visuel de Une (détail) ©ANTHEA

Artiste(s)