| Retour

Fin de cet événement il y a 3 jours - Date du 13 mars 2024 au 13 avril 2024

Ciné : « Il reste encore demain », de Paola Cortellesi

Voici donc sorti à présent en France le film qui a attiré des foules de spectateurs en Italie. Il a incité des mouvements féministes à la libération des femmes du joug masculin et à la dénonciation de la violence faite aux femmes.
Récit en noir et blanc sur les violences conjugales dans l’Italie post fasciste de l’après guerre où il y a quasiment un féminicide par jour. Et encore aujourd’hui.

Au moment où le film sortait sur les écrans italiens, il y a eut l’assassinat d’une jeune femme par son mari.

Le retentissement de ce féminicide a fait de la publicité au film en imposant, dans le débat public, la question des violences faites aux femmes.

Ainsi « Il reste encore demain » a attiré un immense public, devenant un phénomène national sur la violence misogyne et sa normalité dans le quotidien.
Ce premier long-métrage de Paola Cortellesi - l’une des actrices les plus populaires d’Italie -, est filmé de façon très stylisée dans un noir et blanc crasseux, comme pour revenir au cinéma de l’époque d’après-guerre où il se situe (des soldats américains libérateurs hantent encore les rues). Si les personnages sont, certes, caricaturaux, ils n’en sont pas moins attachants.
Quant arrive le générique sur l’écran, la femme a déjà reçu des baffes de son mari et eut à faire aux mains baladeuses de son vieux beau-père pourtant alité. Elle vit un quotidien très ritualisé et on la voit courir d’un petit boulot à un autre pour se faire un pécule minable qui cependant met du « beurre dans les épinards » (comme on dit).

Elle subit sa condition sans la remettre en question, simplement résignée. Et elle l’est tout autant quand son mari la tabasse, selon ses habitudes : violence misogyne banalisée, et acceptée par toute la société. On voit les voisines soupirer en commentant ce comportement rituel et donc banalisé.
Ce n’est pas une héroïne, c’est une femme ordinaire qui se trouve avoir à faire avec la violence misogyne dans sa normalité et sa quotidienneté. Paola interprète elle-même ce personnage attachant qui fait face à un mari fort banal et qui maintient un modèle commun !

Certes, très démonstratif, ce film n’en est pourtant pas moins réussi et remarquable !

Caroline Boudet-Lefort

Sortie en salles : 13 mars 2024 | 1h 58min
De Paola Cortellesi | Par Paola Cortellesi, Furio Andreotti
Avec Paola Cortellesi, Valerio Mastandrea, Romana Maggiora Vergano
Photo de Une : (détail). ©TOBIS Film GmbH

Artiste(s)